Comprendre et traiter l’acné hormonale

Margot Peignier
article publié le 02/04/2020 / dernière mise à jour le 14/08/2020

Contrairement à ce que l’on pense, l’acné n’est pas uniquement réservée aux adolescent·e·s. Plus de 50 % des femmes adultes seraient victimes d’acné. Parmi elles, beaucoup n’ont pourtant pas connu de soucis à la puberté. Comment expliquer ce phénomène physiologique ?

qu’est-ce que l’acné hormonale ?

L’acné hormonale est comme son nom l’indique de l’acné liée aux fluctuations des hormones.

Bien qu’elle soit associée à des fluctuations hormonales pendant la puberté, l’acné hormonale peut toucher également les adultes. Elle est particulièrement fréquente chez les femmes. Un certain nombre de facteurs peut y contribuer, notamment les menstruations, la grossesse et la ménopause.

“On estime que 50 % des femmes âgées de 20 à 29 ans souffrent d’acné. Elle touche environ 25 % des femmes âgées de 40 à 49 ans.”

(source : Christin N.Collier et al. The prévalence of acne in adults 20 years and older. J Am Acad Dermatol, Volume 58, Issue 1 – 2008)

Les femmes sont sujettes à de nombreux changements hormonaux dans leur vie (grossesse, menstruation, ménopause, arrêt ou prise d’une contraception hormonale), ce qui explique qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à souffrir d’acné. Contrairement aux idées reçues, les peaux grasses ne sont pas les seules à être concernées puisqu’on peut souffrir d’acné avec une peau sèche.

comment les hormones affectent-elles l’acné ?

De nombreuses hormones peuvent causer de l’acné. Par exemple un niveau élevé de testostérone dans le sang peut causer de l’acné hormonale. De même une production accrue de sébum due à une activité forte des glandes sébacées est souvent présente chez les femmes souffrant d’acné.

L’acné peut provenir d’une prédisposition génétique mais également des poussées liées aux menstruations causées par des hormones féminines comme les œstrogènes (responsables du développement et de la régulation du système reproductif de la femme) et de la progestérone (produite également lors de la grossesse). 

Cette dernière explique pourquoi des femmes enceintes sans antécédents d’acné peuvent en avoir durant leur grossesse.

reconnaître l’acné adulte ou acné hormonale

Evidemment, certains boutons ou imperfections peuvent survenir à cause d’un environnement pollué, d’une alimentation trop riche, d’une période de stress intense

L’acné hormonale peut être identifiée par quelques facteurs précis :

le moment où les boutons apparaissent

Si ceux-ci sont liés au cycle menstruel ils apparaîtront en parallèle de celui-ci de façon cyclique. Nombreuses sont les femmes qui voient apparaître des imperfections cutanées sur leur peau une semaine avant leurs règles ou même pendant la période d’ovulation.

la poussée est accentuée par le stress

La production de l’hormone du stress (le cortisol) augmente ce qui est signe d’inflammation qui va causer une poussée d’acné.

la zone d’apparition

Les boutons apparaissent dans une zone précise : autour du menton et de la mâchoire.

La concentration de boutons se situe au niveau du bas de votre visage. Pourquoi à cet endroit ? L’excès d’hormones dans le corps stimule les glandes sébacées qui font apparaître les boutons dans la zone du bas du visage qui est directement reliée aux organes reproducteurs. 

Fait “intéressant”, de même que les boutons apparaissent de manière cyclique, ils reviennent souvent au même endroit là où les pores de la peau ont déjà été élargis par de précédents boutons.

la typologie du bouton

À la différence des points noirs et ou blancs qui dominent pendant l’adolescence, les boutons liés à l’acné hormonale sont plutôt des kystes douloureux.

C’est un type d’acné à dominante inflammatoire qui évolue par poussée.

Ce sont des microkystes déjà présents sous la peau qui, sous le coup de l’inflammation, se transforment en kystes, pustules et autres nodules.

Enfin, et malheureusement, c’est un type d’acné qui peut être plus résistant aux traitements classique et peut laisser des cicatrices.

acné et grossesse

Certaines femmes non sujettes à l’acné hormonale voient apparaître des boutons lors de leur grossesse. L’acné qui survient pendant la grossesse est causée par un bouleversement des hormones (œstrogène et progestérone) qui induisent un déséquilibre du fonctionnement des glandes sébacées responsables de la production de sébum. Celles-ci augmentent la production de sébum ce qui bouche les pores de la peau et cause l’acné.

Ce type d’acné est plus proche de l’acné qui survient pendant la puberté et disparaît progressivement après la grossesse. Dans ce cas, il convient de consulter un·e dermatologue car la plupart des traitements sont interdits durant la grossesse.

Bon à savoir, le soleil peut amplifier l’acné. Pour les femmes enceintes en été, on recommande un écran total et peu d’exposition au soleil.

comment traiter l’acné hormonale ?

En préambule il est important de dire que malheureusement de nombreuses victimes d’acné hormonale luttent pendant des années sans trouver de solution réellement efficace. Il ne faut pas négliger la souffrance liée à ce phénomène qu’on peut qualifier de maladie. Slate a rédigé un article recensant des témoignages édifiants sur cette guerre permanente contre les boutons.

Il est possible sur rendez-vous médical de faire le point sur le potentiel déséquilibre hormonal à l’origine de l’acné hormonale.

Si cette acné s’accompagne de prise de poids, de perte de cheveux ou d’une hausse de la pilosité cela peut être un vrai dérèglement hormonal dû au fait que l’organisme produit trop d’hormones sexuelles masculines. Cela peut se vérifier via un bilan sanguin et si besoin un·e professionnel·le de santé peut prescrire un traitement anti-androgénique (les hormones en cause de ce règlement sont appelées androgènes).

Une contraception adaptée peut aider à réguler les hormones. Par exemple certaines pilules œstroprogestatives en plus de régulariser le cycle, freinent la stimulation des glandes sébacées et réduisent la production de sébum. Elles peuvent être une solution pour supprimer l’acné hormonale.

quelles sont les solutions pour prévenir l’acné hormonale ?

prendre soin de sa peau de l’extérieur…

De nombreux articles fourmillent sur internet et permettent de ne plus se retrouver seul·e face à ce problème qui peut vite empoisonner le quotidien.

Le premier conseil est simple mais efficace : il est suggéré de trouver une routine de soin adaptée. Celle-ci se compose d’un nettoyage doux (agresser la peau ne fait qu’activer le sébum et aggraver la situation) et d’un traitement des imperfections.

Madmoizelle propose une routine pour prendre soin de sa peau facile à suivre :

  • Commencer par se démaquiller,

  • puis nettoyer son visage avec un gel nettoyant ou une mousse douce pour libérer les pores de l’excès de sébum produit par l’épiderme au cours de la journée ou de la nuit.

  • Toujours utiliser une serviette propre pour se sécher le visage et ne pas frotter la peau contre le tissu mais plutôt tamponner délicatement.

  • Puis poser un soin hydratant : crème, gel ou huile à définir en fonction du type de peau. Il existe de nombreux outils et magasins qui proposent des diagnostics sur-mesure.

N’utilisez que des produits non comédogènes pour réduire les risques de pores obstrués.

Des applications comme Yuka, INCI Beauty ou encore QuelCosmetic peuvent vous aider à identifier les ingrédients dans les produits et de nombreuses marques prennent désormais le pli d’expliquer précisément ce que contiennent leurs produits.

…mais aussi de l’intérieur

Il est possible de lutter contre l’acné hormonale de l’intérieur. Une bonne routine soin s’accompagne aussi d’une hygiène de vie saine. Ces facteurs peuvent contribuer à améliorer la situation.

Nous en parlions au début de cet article mais le stress est un facteur aggravant de l’acné hormonale ! Prendre du recul, essayer la méditation ou le yoga sont des activités qui peuvent aider à se détendre et à se libérer des émotions négatives. Et lorsque l’esprit est soulagé, la peau l’est aussi. 

Une bonne hygiène de vie passe par une alimentation saine. Pour éviter l’inflammation de la peau, il vaut mieux opter pour une alimentation moins riche, éviter les sucres raffinés et l’excès de produits laitiers.

En conclusion, l’acné hormonale est encore une fois la preuve que l’écoute et l’accompagnement complet de la part d’un·e professionnel·le de santé sont cruciaux pour les femmes qui vivent cette situation. Notamment, et plus encore, pour celles qui vivent cette maladie comme un véritable tabou qui empoisonne leur quotidien.

De célèbres Youtubeuses ou Instagrameuses comme EnjoyPhoenix, Iris Mittenaere ou encore Caroline Receveur ont dévoilé sur les réseaux sociaux leurs problèmes d’acné.

Dans un long post instagram, Marie Lopez – EnjoyPhoenix révèle ce mal qui la touche : 

« Ça fait maintenant plus de 5 ans que je souffre d’acné hormonale, et depuis que j’ai arrêté de prendre la pilule pour ne plus être sous hormone, mon corps décide de reprendre ses droits.

L’acné n’est pas un choix. Personne ne choisit d’avoir ça. Personne ne se rend compte de ce que ça fait de ne plus vouloir croiser son visage dans le miroir. Personne ne sait ce que ça fait de se réveiller en pleurant de rage parce que je ne peux pas poser mon visage sur un oreiller sans avoir mal. 

Alors voilà, je m’appelle Marie, j’ai 24 ans, et après 5 ans d’essais de produits et de traitements en tout genre (régime alimentaire sans gluten, sans sucre, sans lactose. Traitement antibiotiques, zinc, tetralysal, j’ai tout essayé sauf roaccutane.) je souffre toujours d’acné hormonale et je déteste ça.

J’ai pris mon courage à deux mains pour poster ces photos, parce que j’en ai marre de me cacher et je veux que vous puissiez vous reconnaître en moi si vous aussi vous vivez avec un complexe qui vous bouffe la vie. »

Une initiative courageuse qui, on l’espère, contribuera à changer le regard d’autrui sur l’acné hormonale et encouragera, peut-être, la recherche à trouver un vrai remède.

cycle menstruel
Margot Peignier
Rédactrice
Employée en startup et rédactrice freelance depuis maintenant 4 ans, Margot est passionnée par les ressources humaines, la recherche du sens au travail et les femmes dans la tech. Sujets de prédilection : égalité et empowerment des femmes.