comment nous représentons-nous les vulves ?

Anouk Perry
dernière mise à jour le 11/12/2019

Savez-vous dessiner une vulve ? Attention, pas la représenter à peu près. Non, lui tirer le portrait avec autant de facilité qu’un pénis. Derrière cette question qui peut sembler anodine, se cache un vrai problème : les représentations de vulves sont rares et souvent maladroites... Pourquoi ?

Pour représenter une vulve, il faut connaître l’anatomie féminine

Avant toute chose, il est évident que si les représentations de vulves sont rares, c’est en partie parce que l’anatomie même de la vulve n’est pas toujours bien connue. Alors voici une petite piqûre de rappel !

La vulve est constituée de grandes et petites lèvres. Contrairement à ce que leur nom semble indiquer, il est assez courant que les petites lèvres dépassent des grandes, parfois de plusieurs centimètres.

Le clitoris est un organe dédié au plaisir. Il a de nombreuses connexions en interne, mais seul son “gland” est visible.

Juste en dessous se trouve le méat urinaire, c’est par là qu’on urine.

On retrouve ensuite l’entrée du vagin, la cavité permettant la pénétration. Enfin, il faut parler du périné, un ensemble de muscles qui peut aider au plaisir lors des rapports sexuels et à la rééducation après un accouchement.

Quand la représentation des vulves fait réagir

En 2017, une polémique explose quand un livre pour enfant écrit par le médecin Michel Cymes présente le pénis en détail quand la « zezette » n’est traitée que sous le prisme d’un “trou pour faire pipi”. On n’y parle ni du vagin, ni des lèvres et surtout pas du clitoris.

Il faut dire que ce n’est pas un cas unique : ce n’est que cette même année, en 2017, qu’apparaît pour la première fois un clitoris dans un manuel scolaire. Jusque là, les schémas de vulves sont souvent pourvus d’un simple point non légendé pour représenter le clitoris, quand il ne disparaît pas purement et simplement.

On pourrait croire que le combat pour la représentation des vulves est gagné, pourtant la récente pub pour la marque Nana, « Viva la vulva » prouve le contraire. On peut y voir de nombreuses vulves, ce qui n’a pas manqué de faire réagir : le CSA dit avoir reçu plus de 1000 plaintes, accusant le spot de dégrader l’image de la femme.

Pourtant, le CSA a finalement décidé de continuer de permettre la diffusion de cette publicité en niant une telle interprétation.

Dessiner des vulves, c’est politique

Ce sujet peut sembler anecdotique, pourquoi aurait-on besoin à tout pris d’afficher des vulves, et d’apprendre les dessiner ?

Et bien tout simplement parce que cela permet de mieux connaître l’anatomie féminine : dans un rapport de juin 2016, le Haut Conseil à l’Egalité évaluait à un quart la proportion des filles de 15 ans ignorant l’existence du clitoris.

Alors entre 2016 et 2018, le collectif Vagina Guerilla a décidé de lancer un mouvement pour promouvoir ce motif « organe génital féminin ». L’une des membres disait alors au magazine madmoiZelle :

« Ce déséquilibre dans les représentations graphiques en dit long sur la vision des hommes et des femmes dans notre société. Le dessin est comme une porte d’entrée pour parler de choses plus profondes »

Il y a plein de raisons qui peuvent expliquer le fait que les dessins d’anatomie féminine sont plus rares et moins évidents que ceux de pénis. Au delà de la complexité de la forme, l’absence de représentation en est une.

Après tout, une fois habitué à l’image, un schéma de vulve peut être aussi simple à réaliser que celui d’un zizi. Alors, à vous de vous lancer !

Vos représentations et dessins de vulve

Dessins de vulve
Vos représentations de la vulve

anatomie tabou
Anouk Perry
Rédactrice
À la fois journaliste web et réalisatrice de podcasts, Anouk Perry cumule les casquettes toujours dans un même but : démystifier l'intime ! Sa devise ? Il n'y a pas de question stupide. Sujets de prédilection : intimité et sexualité.