9 conseils pour vivre sereinement sa première fois

Anouk Perry
article publié le 28/12/2020

Les premiers pas dans la sexualité peuvent impressionner, pourtant le but est avant tout de se faire du bien. Voici quelques conseils pour vivre au mieux votre première fois !

conseil n°1 : l’âge de sa première fois n’a pas tant d’importance

Il n’y a pas “un” bon âge pour faire l’amour. À partir du moment où vous vous sentez prêt ou prête, à l’aise avec un ou une partenaire, vous pouvez y aller !

Le bon âge, c’est celui où vous en avez vraiment envie.  

Cependant, il est important de préciser d’un point de vue légal qu’en France, la majorité sexuelle est fixée à 15 ans. On considère ainsi qu’à partir de cet âge, on est apte à donner son consentement éclairé.

Cela ne veut pas dire pour autant que les rapports sont interdits entre mineur·e·s de moins de 15 ans, plutôt que la loi reste floue à ce sujet, ne les interdisant pas directement. L’appréciation des situations est alors faite au cas par cas, s’il y a un signalement. 

conseil n°2 : faut-il attendre d’avoir ses règles pour faire l’amour pour la première fois ? 

Oui et non, dans le sens où les règles sont l’un des signes de la puberté, et qu’un corps non-pubère n’est pas fait pour avoir une sexualité. 

Ceci étant dit, certaines personnes ont des premières règles très tardives (à 16 ans par exemple), et peuvent être prêtes, à la fois physiquement et mentalement, pour débuter une sexualité avant. 

De même, certaines femmes n’ont jamais leurs règles de leur vie, et cela ne les empêche pas d’avoir une sexualité. 

Enfin, si vous vous posez la question, même si ce n’est pas toujours le plus confortable, il est tout à fait possible d’avoir des rapports sexuels et donc de faire sa première fois pendant les règles, comme expliqué dans cet article.

Attention, dans le cas où vous faites l’amour pendant les règles, il est important de continuer à vous protéger contre les MST et IST (le risque de transmission est accru par le sang) ainsi que de penser à une contraception. Car oui, même en ayant un rapport à ce moment du cycle il y a un risque de grossesse !  

conseil n°3 : soyez certain·e de vouloir faire l’amour pour la première fois 

Si la première fois n’est pas une question d’âge mais bien d’envie, il faut s’assurer que l’envie vient alors bien de soi et non d’une pression extérieure. 

Si votre copain ou copine vous dit qu’il ou elle veut absolument le faire, mais que vous sentez que ça vous brusque un peu, n’y allez pas. Si votre partenaire vous aime, il ou elle saura attendre le temps qu’il faudra, vous serez alors plus à l’aise, et tout finira mieux. 

Sinon, cela signifie que cette personne ne respecte pas votre consentement. C’est parfois difficile de dire non, mais votre envie doit primer sur la pression que l’on vous met. 

De même, on peut ressentir une pression à faire l’amour quand on a l’impression que c’est une case à cocher pour devenir cool, ou juste pour être comme tout le monde. 

Toutes ces raisons ne sont pas de bonnes raisons pour avoir des rapports. La seule bonne raison, c’est d’en avoir envie avec un ou une partenaire qui partage cette envie !

conseil n°4 : être honnête avec votre partenaire 

Au début de la sexualité, il arrive de se sentir mal à l’aise avec l’idée d’annoncer à son ou sa partenaire qu’on est vierge. Ce mensonge n’est pas forcément grave, mais vous avez tout à gagner à être honnête.

Votre chéri·e au courant pourra faire bien plus attention à votre ressenti lors des premiers rapports et aura toutes les clés en main pour mieux comprendre vos réactions si tout ne se passe pas comme prévu. 

Et puis surtout, si c’est une personne de confiance, elle ne devrait pas vous juger à ce sujet, il n’y a pas de honte à être vierge !  

conseil n°5 : une première fois, ça se protège ! 

Evidemment, la sexualité tourne beaucoup autour du plaisir, mais il est important de se souvenir que dans un rapport sexuel hétéro, il est possible de tomber enceinte dès la première fois. Il faut donc absolument choisir une contraception

Plusieurs sont possibles, comme la pilule, l’implant ou encore le préservatif. Ce dernier a d’intéressant que c’est un contraceptif qui ne nécessite aucune prescription et n’a aucun effet secondaire. 

De plus, la « capote » ne protège pas que de la grossesse, mais aussi des MST/IST. Même vierge, il est possible d’en avoir sans le savoir ! 

C’est pourquoi, quelle que soit votre orientation sexuelle, vous devez absolument vous protéger ou vous faire dépister afin de vous assurer de ne rien transmettre entre vous.

conseil n°6 : ne vous sentez pas forcé·e de vous épiler

S’épiler le pubis ou toute autre partie du corps n’est pas nécessaire avant de faire l’amour pour la première fois. Si vous aimez vos poils, votre partenaire doit vous accepter comme ça. Il ou elle peut avoir des préférences, mais ne doit pas vous les imposer.

Cependant, si vous vous sentez plus à l’aise avec votre corps sans poil, il n’y a pas grand mal à vous en débarrasser. 

Anaïs raconte à ce sujet avoir fait sa première fois il y a 10 ans, quand elle avait 16 ans. À l’époque, elle a décidé de « tout enlever », persuadée que c’était ce qu’il fallait faire pour plaire à son copain. Elle rigole en y repensant. 

« Cette première fois, c’était un grand pas dans l’inconnu pour moi alors je me rattachais à cette épilation pour mieux vivre ma nudité face à mon copain. Ce n’est quand même pas banal à 16 ans de se retrouver à poil devant quelqu’un ! »

Pour vous aider, vous pouvez aussi lire notre article “Choisit-on vraiment de s’épiler ?” en gardant en tête que le plus important est de se sentir bien dans sa peau ! 

conseil n°7 : pour aimer votre première fois, ne vous focalisez pas sur la pénétration

Dans la sexualité, il y a plein de premières fois et aucune ne devrait être plus importante qu’une autre. 

Ainsi, faire l’amour ne signifie pas forcément pratiquer la pénétration d’un pénis dans un vagin. Cette pratique est certes très commune, mais on peut aussi avoir une sexualité sans. Des caresses et rapports oraux peuvent être tout aussi intimes et apporter tout autant de plaisir.

Cette question de la première fois par la pénétration soulève de nombreux problèmes : 

  • Elle ne marche que dans le cadre de couples hétérosexuels (ce qui supposerait que les homosexuel·le·s resteraient alors vierge toute leur vie)

  • Elle met sur un piédestal la pénétration (pratique qui ne fait jouir, seule, que 18% des femmes)

  • Elle met donc au second plan le reste des pratiques sexuelles comme si elles “valaient” moins… 

Nelli, interrogée pour cette article, est souvent énervée quand on aborde ce sujet : 

« Je souffre de vaginisme depuis toujours et la pénétration est longtemps restée impossible pour moi. Pourtant, j’ai une vie sexuelle, ponctuée de nombreuses premières fois tout aussi importantes !  »

conseil n°8 : si ça vous fait mal, ne forcez pas !

Si beaucoup de personnes rapportent avoir ressenti une petite douleur lors de leurs premières expériences de pénétrations, cela ne doit pas vous faire souffrir, et surtout la gêne ne doit pas durer plus de quelques rapports ! 

La clé du bonheur se trouve souvent dans le fait de prendre son temps et d’être détendu·e. L’envie permet la lubrification naturelle, et le vagin est un muscle qui peut se contracter quand on a peur. Si on a envie, qu’on est à l’aise et surtout qu’on prend son temps, tout devrait bien se passer. 

Danielle Hassoun, gynécologue, explique alors que même si des rares cas anatomiques rendent la pénétration inconfortable voire impossible, chez la plupart des patient·e·s qu’elle voit pour ce genre de question, le problème se situe ailleurs :

« Beaucoup de jeunes femmes, ne sont pas à l’aise avec la sexualité, avec l’idée même d’avoir des rapports sexuels, et de fait cela contracte le vagin et ça fait mal. Mon conseil est de se demander sincèrement si on a vraiment envie de cette sexualité. »

conseil n°9 (bonus) : comment prendre et donner du plaisir dès sa première fois ?

Le sexe peut avoir des côtés performatifs, mais le vrai truc pour aimer faire l’amour, c’est d’en avoir envie et de communiquer avec son ou sa partenaire sur SES envies. 

Demandez-lui alors comment il ou elle aime être carressé·e. Il est possible que votre chéri·e ne le sache pas (surtout si c’est le début de votre sexualité), alors essayez différentes manières de faire, encouragez aussi l’autre à tester sur vous des caresses plus ou moins appuyées. 

Surtout, laissez vous le droit d’être ignorant·e ou de ne pas avoir envie parfois. Ce n’est pas grave et se mettre la pression ne sert à rien. Amusez-vous, et votre sexualité s’épanouira naturellement ! 

Et si vous vous posez encore des questions sur la sexualité, nous vous conseillons le site On s’exprime, créé sous l’égide de Santé publique France, qui répond à de très nombreuses questions sur le sujet !

Anouk Perry
Anouk Perry
Rédactrice
À la fois journaliste web et réalisatrice de podcasts, Anouk Perry cumule les casquettes toujours dans un même but : démystifier l'intime ! Sa devise ? Il n'y a pas de question stupide. Sujets de prédilection : intimité et sexualité.