gratuité des protections périodiques, un nouveau pas vers l’égalité

Mélusine Sorgato
article publié le 13/03/2021

La question des menstruations est encore peu médiatisée. Depuis quelques années cependant, associations et citoyen·ne·s travaillent à la mise en lumière de cette réalité. En 2020, le gouvernement français s’est emparé du sujet et réitère son engagement en 2021.

la précarité menstruelle en France

un accès parfois difficile aux protections périodiques

L’accès aux protections périodiques relève parfois d’un choix impossible entre plusieurs produits de première nécessité : manger ou se protéger ? Ce dilemme implique des risques à la fois sanitaires et sociaux avec la fabrication rapide de protections à base de matériaux parfois impropres ou dangereux, un risque de déscolarisation ou d’isolement social, etc.

Cette réalité ne touche pas seulement les sans-abris. D’après l’étude IFOP sur la précarité menstruelle (2019) commandée par l’association Dons Solidaires, il y aurait 1 700 000 personnes menstruées en France qui subissent cette précarité. Or, en raison du tabou autour des menstruations, cet aspect de la pauvreté a lui aussi été passé sous silence de nombreuses années. 

la précarité menstruelle au cœur du débat public

À l’ère du digital, la toile s’est largement emparée du problème, plaçant au vu et au su de tou·te·s cette réalité sociétale. Tandis que les actions de dénonciation se sont multipliées pour réclamer la gratuité des protections périodiques, certaines avancées notables ont vu le jour. 

En 2018, Axelle De Sousa, lance sur Twitter le hashtag #PayeTesRègles, ainsi qu’une pétition réclamant la prise en charge de ces protections pour les personnes précaires par la Sécurité sociale.

La même année, la LMDE, sécurité sociale étudiante, propose le remboursement des protections périodiques à hauteur de 25 € par an pour ses affilié·e·s, qu’ils soient hommes ou femmes. D’ailleurs, Dans Ma Culotte est partenaire de la LMDE.

En 2019, Irene (@irenevrose sur Instagram), une activiste féministe passe 12 heures sans protections périodiques et se prend en photo dans Paris, jambes écartées. Son objectif ? Dédiaboliser le sang menstruel et exiger la prise en charge des protections périodiques réutilisables pour toutes et tous.

En février 2020, l’Écosse devient le premier pays au monde à rendre les protections périodiques totalement gratuites et ce, grâce à un vote à l’unanimité des député·e·s écossais·e·s. De leur côté, les associations et ONG ne cessent de mettre en place des actions de collecte et de redistribution gratuite de protections menstruelles. 

en France : un projet de loi synonyme de changement

une première expérimentation en 2020

En septembre 2020, c’était désormais au tour de la France d’amorcer un virage politique dans la lutte contre la problématique de l’accès aux protections périodiques et le tabou lié aux règles. 

En effet, en février 2020, un rapport d’information sur les menstruations auquel Marie Réveilhac, cofondatrice de Dans Ma Culotte a contribué, pointe une défaillance sur la question au niveau des politiques publiques. Ce rapport coécrit par 2 députées, Laëtitia Romeiro Dias et Bénédicte Taurine, a donné lieu à un projet de loi proposé conjointement par quatre femmes du gouvernement : Marlène Schiappa, Brune Poirson, Agnès Pannier-Runacher et Christelle Dubos. 

Le projet visait l’expérimentation de la gratuité des protections périodiques pour les personnes subissant la précarité menstruelle tel·le·s que les étudiant·e·s, les lycéen·e·s, les détenu·e·s et les sans-abris. 

Pour ce faire, 1 million d’euro avait été attribué au projet et a permis :

  • à Lille, la mise à disposition de protections périodiques gratuites dans environ 40 collèges et lycée pour les élèves,

  • de distribuer des protections périodiques et sensibiliser à leur utilisation des personnes menstruées dans le cadre des maraudes organisées par la Croix Rouge ou l’Armée du Salut,

  • de vendre à “prix symbolique” des protections menstruelles dans les épiceries solidaires,

  • de soutenir des actions de collecte, comme celles menées par Règles Élémentaires depuis 2015,

  • la distribution gratuite de protections et la diversification de la gamme proposée à l’achat pour les détenu·e·s.

À cause du Covid, certaines de ces ambitions n’ont pu être menées que partiellement mais, bonne nouvelle…!

2021 : budget de 5 millions d’euros attribué à la lutte contre la précarité menstruelle

Le 4 décembre 2020, le Président de la République, Emmanuel Macron, avait indiqué dans une interview donnée à Brut le 4 décembre 2020, qu’il souhaitait apporter “une réponse très concrète” au premier semestre 2021.

Peu de temps après, le 15 décembre 2020, Olivier Véran, Ministre des Solidarité et de la Santé, et Elisabeth Moreno, Ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, annoncent via un communiqué de presse que le budget de l’Etat pour lutter contre la précarité menstruelle augmente de 4 millions d’euros. Soit un total de 5 millions d’euros alloués à cette cause et ce, tous les ans, à compter de 2021.

L’augmentation du budget montre que le gouvernement est “déterminé à poursuivre et renforcer les actions engagées pour que chaque femme et chaque fille en situation de précarité puissent avoir accès aux protections périodiques”, selon la déclaration de la Ministre en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

Les deux Ministres ont à l’occasion de ce communiqué salué le travail des associations dans cette lutte. Olivier Véran a souligné que “les règles ne sont pas un sujet de honte” et que la précarité menstruelle est “une question de santé publique et de solidarité”.

septembre 2021 : des protections périodiques gratuites pour tou·te·s les étudiant·e·s !

Le 23 février, lors d’une rencontre avec des étudiant·e·s à Poitiers, Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur a annoncé la gratuité des protections périodiques pour tou·te·s les étudiant·e·s à compter de septembre 2021 ! 🙌

Les distributeurs de protections vont dès maintenant commencer à être mis en place dans les résidences universitaires des Crous et les services de santé universitaires. D’ici septembre, ce seront 1.500 distributeurs au total qui seront installés pour permettre l’accès à ces protections à chacun·e sur les campus.

des nouvelles qui nous réjouissent

Chez Dans Ma Culotte, on est ravi·e·s de cette nouvelle ! C’est une belle victoire dans la lutte contre la précarité menstruelle étudiante.

À notre échelle, depuis 2019, nous participons à des distributions de protections menstruelles auprès d’étudiant·e·s. Aujourd’hui, après plus de 40 opérations menées avec différents acteurs de l’enseignement supérieur, nous sommes heureux·ses et fièr·e·s d’établir un partenariat national avec la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), première organisation représentative des étudiant·e·s en France, pour lutter ensemble contre la précarité menstruelle étudiante.

On vous en dit plus très bientôt… restez connecté·e·s.

Mélusine Sorgato
Mélusine Sorgato
Rédactrice web SEO
Entrepreneure web passionnée, Mélusine Sorgato a fusionné sa quête pour un monde plus juste et plus durable à sa passion de la communication et des mots. Curieuse de tout, ses sujets de prédilection recouvrent notamment l’empowerment au féminin, les médecines douces et le body positivisme.