les étapes de la grossesse : avant, pendant et après

Pauline Allione
article publié le 14/12/2020

Que se passe-t-il exactement, durant les neufs mois que dure une grossesse ? Il y a les changements physiques et les variations hormonales, mais aussi les rendez-vous médicaux, des papiers à remplir et une nouvelle chambre à préparer… La future maman voit son corps changer, mais les parents doivent aussi anticiper l’arrivée du bébé.

je souhaite avoir un enfant

C’est le moment de stopper tout moyen de contraception.

Pour optimiser vos chances de concevoir, mieux vaut connaître votre cycle : la date d’ovulation varie, mais intervient en théorie en milieu de cycle, entre le 10ème et le 20ème jour. Une fois que l’ovaire libère l’ovocyte, celui-ci a une durée de vie de 12 à 24h, là où les spermatozoïdes survivent entre trois à cinq jours dans le col de l’utérus. La période de fécondité débute donc quatre jours avant l’ovulation et se termine 24h après l’expulsion de l’ovocyte. Dans le cas où votre cycle est parfaitement régulier et dure 28 jours, la fenêtre idéale pour procréer serait donc entre le 10ème et le 15ème jour.

Plusieurs symptômes permettent de reconnaître l’ovulation : poitrine douloureuse, glaire cervicale à la texture blanc d’oeuf, douleur du côté de l’ovaire qui travaille… Il existe également des tests de fécondité pour connaître avec exactitude sa période d’ovulation.

Si vous rencontrez des difficultés à tomber enceinte, un·e médecin spécialisé·e dans la reproduction pourra vous accompagner et vous conseiller dans votre démarche.

Mieux vaut attendre une dizaine de jours après la période de fécondation avant d’effectuer un test de grossesse : les hormones caractéristiques de la grossesse ne sont pas détectables tout de suite.

je suis enceinte

Le test de grossesse est positif : votre ovocyte a rencontré le spermatozoïde de votre partenaire. Prenez rendez-vous chez votre médecin afin qu’une prise de sang vienne confirmer la nouvelle. Tout est OK ? Voici ce qui vous attend pour les neuf prochains mois. D’ici là, on oublie l’alcool et le tabac, mais aussi l’automédication : il faudra désormais demander l’avis de votre médecin avant de prendre un médicament.

# mois 1 

Quelques effets peuvent déjà se faire sentir : seins tendus et/ou gonflés, nausées, humeur variable… Il est possible d’avoir de légères pertes de sang, qui coïncident souvent avec l’implantation de l’œuf dans le col. Des “règles anniversaire” à la date de vos règles peuvent également survenir. Une culotte absorbante taille haute, jusqu’à ce que le ventre commence à s’arrondir, permet d’anticiper ces petits désagréments sans faire une croix sur son confort. Toutefois, si des saignements vous inquiètent, demandez toujours l’avis de votre médecin.

À la fin du premier mois, vous en êtes en théorie à six semaines d’aménorrhée : cela signifie que six semaines se sont écoulées depuis le début de vos dernières menstruations. On parle de “SA” pour désigner ces semaines d’aménorrhée : elles servent à se situer dans l’avancée de la grossesse.

# mois 2 

Des signes caractéristiques de la grossesse peuvent se faire sentir : nausées, sautes d’humeur, fatigue… Vous pouvez avoir les jambes lourdes, et avoir envie d’uriner plus fréquemment. Des pertes blanches plus importantes que d’habitude sont aussi un phénomène fréquent. 

Durant la grossesse, il faudra réaliser sept consultations prénatales (prises en charge par la Sécurité sociale) chez votre gynécologue ou sage-femme. La première de ces visites doit avoir lieu durant le premier trimestre, avant la 15ème semaine de grossesse. Ce sera l’occasion de réaliser quelques examens, de vérifier que l’œuf est bien implanté, mais aussi de déclarer la grossesse.

Cette déclaration ouvre vos droits à la prise en charge de la grossesse ainsi qu’à des prestations familiales : une mise à jour de votre carte vitale est recommandée.

Vous pouvez déjà penser au choix de la maternité dans laquelle vous souhaitez accoucher ainsi qu’à une place en crèche ou une nounou. L’inscription en maternité se fait souvent plus tard mais selon l’établissement, vous pouvez être mise sur liste d’attente.

# mois 3

Les symptômes de la grossesse que vous connaissez jusque-là s’atténuent doucement. C’est durant ce troisième mois, entre les 11ème et 13ème semaines d’aménorrhée qu’aura lieu la première échographie. Elle permet de s’assurer que le bébé se développe normalement, d’examiner ses organes et d’écouter son cœur. Cette première échographie servira aussi à dater la grossesse et à vous donner la date présumée du terme.

Côté alimentation, il y a du changement : il est fortement recommandé de supprimer la charcuterie, la viande crue, les produits laitiers dont les fromages à pâte molle, les végétaux, les fruits de mer et les poissons crus de son alimentation pendant la grossesse. Ces produits alimentaires sont connus pour être à l’origine de la listériose, une infection qui peut avoir de graves conséquences sur la grossesse. Si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose, il est conseillé de bien cuire vos viandes et de laver vos fruits et légumes.

C’est durant ce mois, que vous pouvez prévenir votre employeur de votre grossesse et de votre congé maternité à venir.

# mois 4

Le ventre s’arrondit, les seins gonflent et l’utérus, qui prend de plus en plus de place, peut causer des douleurs. Le transit est perturbé, l’envie d’uriner se fait plus fréquente et des vergetures peuvent apparaître.

Retour chez le·la médecin qui suit votre grossesse pour la visite du quatrième mois : il·elle vous examinera et mesurera la hauteur de votre utérus afin d’appréhender la croissance du bébé et du placenta, ainsi que la quantité de liquide amniotique. 

Vous pouvez commencer à adapter votre garde-robe à la rondeur de votre profil : côté sous-vêtements, un shorty mesntruel sera par exemple plus adapté au ventre rond, tout en protégeant des pertes blanches ou des saignements pendant les règles.

Vous pouvez prendre rendez-vous pour l’entretien prénatal précoce. Cette visite, non incluse dans les sept consultations médicales obligatoires, est conseillée (et remboursée par l’Assurance maladie). Il s’agit d’un temps d’échange et d’information, seul·e ou à deux, pour préparer les futurs parents à la naissance et à la parentalité. C’est le moment d’exprimer vos éventuelles craintes, difficultés ou besoins.

C’est aussi le moment idéal pour penser à vous inscrire à des cours de préparation à la naissance.

# mois 5 

Il est temps de retourner chez votre gynéco ou sage-femme pour les questions et analyses habituels, et écouter le coeur du bébé… que vous commencez d’ailleurs à sentir bouger.

Ce cinquième mois est celui de la deuxième échographie, dite morphologique, à réaliser entre les 22ème et 24ème semaines d’aménorrhée. Le·la médecin prend des mesures et analyse les organes du bébé : vous pouvez prendre connaissance de son sexe si vous le souhaitez.

# mois 6

L’utérus a désormais dépassé la hauteur du nombril et le poids du ventre commence à se faire sentir. Parmi les inconforts, vous pouvez sentir de petites contractions irrégulières, développer des hémorroïdes et rencontrer des difficultés à dormir… Minimisez vos efforts, et n’hésitez pas à poursuivre une activité physique douce comme la marche, la natation ou le yoga.

Au programme du quatrième rendez-vous prénatal : des analyses, un examen obstétrical et comme d’habitude, la mesure de la hauteur utérine.

Pour anticiper l’arrivée du bébé, vous pouvez commencer à faire quelques courses : chambre, équipements, vêtements…

Si vous et votre partenaire n’êtes pas marié·e·s, il·elle devra se rendre à la mairie pour reconnaître l’enfant, avant ou après sa naissance. Pour une reconnaissance anticipée, vous pouvez faire une déclaration à l’état civil dès maintenant.

Mettez à jour votre carte vitale : dès le début du sixième mois et jusqu’à l’accouchement, la Sécurité sociale rembourse l’intégralité de vos frais médicaux.

# mois 7 

Le bébé dépasse les 30 centimètres et pèse désormais plus d’un kilo. Il prend de plus en plus de place dans l’utérus, et commence à se placer tête en bas pour le jour J.

La cinquième visite médicale sera l’occasion de s’interroger sur un possible congé pathologique prénatal : il s’agit d’un arrêt maladie de deux semaines maximum, en amont du congé maternité.

Dès le septième mois, vous avez droit à sept séances de préparation à l’accouchement et à la parentalité. Individuelles ou collectives, ces séances peuvent se faire avec votre médecin habituel.

Anticipez la question de l’allaitement : plutôt biberon ou lait maternel ? 

# mois 8

La position assise est de plus en plus compliquée, mais vous en voyez le bout. Au programme de ce mois, la sixième visite prénatale, mais aussi la dernière écho. L’échographie biométrique doit avoir lieu entre la 32ème et la 36ème semaine d’aménorrhée. Elle permet de s’assurer que la croissance du bébé se déroule normalement, mais aussi de vérifier l’emplacement du placenta, la position du bébé ainsi que sa taille et son poids. C’est aussi l’occasion d’évaluer les risques d’un accouchement prématuré ou d’un retard de croissance.

Prenez rendez-vous avec un anesthésiste en prévision de l’accouchement. Cette consultation est obligatoire, même si vous ne prévoyez ni césarienne ni péridurale. Elle vous permettra de vous informer sur l’anesthésie et la péridurale. 

Le congé maternité, qui débute six semaines avant l’accouchement et se poursuit dix semaines après l’arrivée du bébé, débute ce mois. De son côté, votre conjoint·e peut parler de son congé paternité à son employeur.

Vous pouvez aussi penser au choix du pédiatre qui suivra votre bébé.

# mois 9

Côté hormones, la fin de grossesse peut vous rendre nauséeuse et fatiguée.

Dernière consultation médicale avant la naissance ! Passée la 37ème semaine d’aménorrhée, il est temps de vérifier la dilatation du col, la tension et de réaliser les dernières analyses en vue de l’accouchement.

Tenez-vous prêts : restez à proximité de la maternité et préparez votre valise.

je vais accoucher

Les contractions sont là, et s’espacent à intervalles de dix minutes environ : il est temps de partir pour la maternité. Sur place, les médecins procèdent à quelques analyses et mesurent la dilatation du col. En attendant que tous les signaux soient au vert, vous serez installés dans une chambre de travail avant de passer en salle d’accouchement.

mon enfant est là

s’organiser pour le retour à la maison

Après quelques jours à la maternité et de retour à la maison avec le bébé, c’est tout votre rythme de vie qui est chamboulé. Anticipez le stock de vêtements (pour le bébé, mais aussi pour vous) et de couches, afin de ne pas avoir à faire ça en urgence. Et surtout, ménagez vos efforts.

le corps après un accouchement

Côté corps, le ventre de la grossesse est encore là, des contractions utérines (appelées tranchées) peuvent se faire sentir, les hormones de la grossesse redescendent et occasionnent des montées de lait et une poitrine douloureuse. Vous pouvez aussi avoir des saignements plus ou moins importants ou des hémorroïdes, et s’il y a eu épisiotomie ou césarienne, l’opération met un certain temps à cicatriser. Il faut en moyenne attendre un an avant de retrouver son corps d’avant la grossesse.

Le périnée, mis à rude épreuve lors de la grossesse, peut nécessiter quelques séances de rééducation, à réaliser auprès d’un·e sage-femme ou d’un·e kinésithérapeuthe. Un périnée moins tonique est synonyme de fuites urinaires, mais aussi d’une baisse des sensations durant les rapports sexuels. Concernant les fuites urinaires, vous pouvez vous procurer des culottes absorbantes lavables ou à usage unique ou des serviettes (là encore, réutilisables ou non) pour plus de confort.

le post-partum

Ne négligez pas le post-partum : entre les bouleversements physiques et hormonaux, les douleurs, le manque d’information auquel sont confrontées de nombreux parents et une certaine solitude après la naissance, une dépression peut survenir dans les mois qui suivent l’accouchement.

Il est donc essentiel de s’entourer de ses proches et d’en discuter avec des professionnel·le·s. L’Assurance Maladie prend en charge deux séances de suivi postnatal avec un·e sage-femme, à réaliser entre le huitième jour suivi la naissance et la consultation obligatoire. Cet examen, également remboursé, doit avoir lieu entre la sixième et la huitième semaine suivant l’accouchement. Il peut être réalisé par votre médecin ou un·e sage-femme, à domicile, et permet de répondre à vos questions : alimentation, post-partum, baby blues, changements corporels, sexualité…

Pour les questions concernant le bébé, vous pouvez contacter votre pédiatre ou médecin, ou le numéro vert Allo Parents Bébé (0800 00 3456) les jours de semaine, de 10h à 13h puis de 14h à 18h.

La grossesse, finalement arrivée à son terme, laisse désormais place à une nouvelle aventure : la parentalité.

Pauline Allione
Pauline Allione
Rédactrice
Journaliste freelance, Pauline aime écrire sur ce qui touche à la société, le féminisme, l’intimité et l’art.