tout comprendre aux IST

Pauline Allione
article publié le 08/08/2021

Qu’est-ce qu’une IST ? Peut-on l’attraper lors d’une fellation ? Comment la traiter ? On vous dit tout sur les infections sexuellement transmissibles.

qu’est-ce qu’une IST ?

Une IST est une infection sexuellement transmissible. Elle est provoquée par des bactéries, virus ou parasites transmis pendant un rapport sexuel. On parlait autrefois de maladies sexuellement transmissibles (MST).

Il existe plus de 30 bactéries, virus et parasites transmissibles par voie sexuelle. Parmi eux, huit sont des agents pathogènes, dont certaines infections peuvent être guéries. Dans le cas du VIH, de l’herpès ou du papillomavirus, la personne porteuse de l’IST vit avec le virus ou la bactérie.

Les IST ont un impact sur la santé sexuelle et reproductive et peuvent avoir de graves complications si elles ne sont pas dépistées et soignées. La plupart d’entre elles se traitent toutefois facilement, et les tests de dépistage sont faciles d’accès.

les IST en France et dans le monde

Selon l’OMS, on compte un million de nouveaux cas d’IST chaque jour chez les 15–49 ans. Chaque année, on estime que 357 millions de personnes sont infectées à l’une de ces IST : la chlamydiose, la gonorrhée, la trichomonase et la syphilis. 

En France, le nombre d’IST dépistées est en augmentation, à l’exception des infections au VIH, qui restent stables depuis quinze ans. Près de 170 000 personnes sont séropositives dans l’hexagone.

les IST les plus courantes

les papillomavirus humains (HPV)

Les papillomavirus humains forment une famille de virus aux génotypes différents (il en existe une centaine) très contagieux. IST la plus fréquente, on estime que 80% des femmes et des hommes sexuellement actifs seraient infectés par un HPV au cours de leur vie. Si certaines formes du virus présentent des symptômes bénins (comme des condylomes, soit des verrues génitales) une infection chronique par HPV peut occasionner des lésions précancéreuses ou cancéreuses. 70 à 90% des cancers du col de l’utérus sont causés par le papillomavirus.

La vaccin contre les HPV, recommandé aux jeunes filles et garçons ayant entre 11 et 14 ans, permet de prévenir des infections aux génotypes du virus les plus courants.

l’hépatite B

Transmise par le virus VHB, l’hépatite B s’attaque au foie et peut découler sur une hépatite aiguë B, avec des infections chroniques ou une plus forte exposition au cancer du foie ou à la cirrhose. En 2015, 257 millions de personnes vivaient avec une hépatite B chronique selon les données de l’OMS.

le VIH

Le VIH, ou virus de l’immunodéficience humaine, est un virus qui s’attaque aux défenses de l’organisme, et plus précisément à un certain type de globules blancs. Son système immunitaire étant affaibli, une personne séropositive développera plus facilement des maladies dites « opportunistes » graves. “Lorsqu’une personne a une ou plusieurs maladies de ce type, on dit qu’elle a le sida”, résume Sida Info Service.org.

la syphilis

La syphilis est causée par une bactérie, le tréponème pâle (treponema pallidum). En 2016, les hommes ayant des rapports homosexuels représentaient 81% des cas connus. La syphilis se manifeste par la formation d’un ulcère au niveau des organes génitaux. Non traitée, la maladie peut évoluer silencieusement pendant des dizaines d’années et causer de graves complications.

la chlamydiose

Causée par la bactérie chlamydia trachomatis, la chlamydiose est l’IST bactérienne la plus fréquente au début de la vie sexuelle. Elle peut être asymptomatique ou causer des brûlures ou écoulements au niveau de l’appareil génital. Si elle n’est pas traitée, la chlamydiose peut causer de graves complications : stérilité, grossesse extra-utérine, contamination du fœtus…

la trichomonase

Causée par le parasite trichomonas vaginalis, la trichomonase peut provoquer des pertes vaginales odorantes et/ou à la couleur inhabituelle, ainsi que des brûlures et démangeaisons au niveau des muqueuses génitales. Cette IST ne présente pas systématiquement de symptômes, mais il est important de la traiter pour éviter d’éventuelles complications, telles que la stérilité.

la gonococcie

La gonococcie est une IST plus courante chez les hommes, aussi connue sous le nom de “chaude-pisse”. Elle se manifeste par une inflammation de l’urètre à travers un écoulement au niveau de l’urètre et des douleurs en urinant. Chez les femmes, la gonococcie est le plus souvent asymptomatique, mais elle peut se manifester par des écoulements vaginaux odorants, des douleurs pelviennes et des brûlures à la miction.

l’herpès génital

L’herpès génital est une infection virale (causée par le virus herpès simplex, qui existe sous deux formes : HSV1 ou HSV2) très contagieuse. Une fois infecté, il se manifeste par des cloques et boutons à proximité des muqueuses génitales lors de poussées herpétiques. Ensuite, le virus s’endort et reste silencieux jusqu’à la prochaine poussée herpétique.

d’où viennent les IST ?

Les IST sont des infections transmissibles, c’est-à-dire qu’elles se transmettent lors des rapports sexuels non protégés, avec ou sans pénétration. Les agents infectieux peuvent se transmettre au contact des muqueuses infectées, mais aussi par l’échange des liquides et fluides biologiques. 

quels symptômes ?

Une IST ne présente pas toujours de symptômes visibles. Lorsqu’il y en a, il peut s’agir de pertes vaginales à la couleur ou à l’odeur inhabituelle, de rougeurs, démangeaisons ou brûlures, d’éruption cutanée au niveau des muqueuses génitales, de douleurs à la miction ou pendant les rapports sexuels… Dans ce cas, il est nécessaire de consulter un·e professionnel·le de santé.

comment se faire dépister ?

Certaines IST (comme les papillomavirus humains) peuvent être diagnostiquées lors d’un examen médical si les symptômes sont visibles. 

Le dépistage des IST peut se faire à travers différents examens : une prise de sang, un frottis vaginal ou un prélèvement urétral, ou un prélèvement urinaire.

Le VIH et l’hépatite C peuvent être dépistés à l’aide d’un test rapide d’orientation diagnostique (TROD), qui donne un résultat en une trentaine de minutes et détecte la présence des anticorps dans le sang.

où se faire dépister ?

Les tests de dépistage peuvent être prescrits par un·e médecin, un·e gynécologue ou un·e sage-femme. 

Les examens se réalisent ensuite dans un laboratoire, un centre de dépistage ou gratuitement dans un centre de planification.

Il est également possible de se faire dépister gratuitement et anonymement pour le VIH, les hépatites et d’autres IST dans un Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD).

la prévention des IST

La prévention des IST passe par des rapports sexuels protégés : le préservatif et le seul moyen de contraception empêchant la transmission des IST. 

La vaccination permet de prévenir les infections aux papillomavirus humains (recommandé aux adolescent·e·s, filles ou garçons) et au virus de l’hépatite B (obligatoire), pour lesquels le recours au préservatif ne garantit qu’une protection partielle.

En cas de rapport sexuel “à risque”, il est nécessaire de se faire dépister. Si une personne est porteuse d’une ou plusieurs IST, elle doit en alerter ses partenaires sexuels récents afin qu’ils puissent également se faire dépister et traiter.

Dans une relation exclusive, il est fortement recommandé de se faire dépister avant d’arrêter l’usage du préservatif.

FAQ - tout savoir sur les IST

quelle est la différence entre une IST et une MST ?

une IST peut-elle être mortelle ?

quand consulter pour une IST ?

faut-il une ordonnance pour faire un dépistage des IST ?

est-il possible d’acheter un test IST en pharmacie ?

une IST peut-elle se contracter lors d’une fellation ou d’un cunnilingus ?

peut-on contracter une IST sans rapport sexuel ?

Pauline Allione
Pauline Allione
Rédactrice
Journaliste freelance, Pauline aime écrire sur ce qui touche à la société, le féminisme, l’intimité et l’art.