L'endométriose : le témoignage de Victoria du blog Mango&Salt

07.03.2018    Catégories : Dans Ma Culotte rencontre ... , Les règles et la santé

Expatriée depuis plus de 7 ans, Victoria a 29 ans et vit à Amsterdam depuis 2 ans et demi. Elle est graphiste de formation, tient le blog green Mango&Salt et est auteure du livre Green Life aux éditions Larousse. Elle souffrait depuis toujours pendant ses règles et le diagnostic est tombé : l’endométriose. Victoria nous parle de son expérience, des premières douleurs au diagnostic en passant par ses astuces pour mieux vivre l’endométriose au quotidien.

Parler de l'endométriose pour sensibiliser et informer

Quelles protections intimes utilises-tu pour tes règles et pourquoi ?

Avant j’utilisais surtout des tampons, mais j’avais envie de changer pour des raisons écologiques : que ce soit pour l’environnement, mais aussi pour ma santé. Depuis 3 ans, je suis passée aux protections réutilisables et lavables. J’ai commencé par la coupe menstruelle, mais ça a été difficile à apprivoiser pour moi. Elle ne devait pas être adaptée à ma morphologie, donc j’ai commencé à utiliser des serviettes lavables. Plus récemment, j’ai testé les culottes menstruelles. Je varie selon la situation. Mais au niveau confort, je préfère les serviettes et les culottes lavables.

Tu souffres d’endométriose, avais-tu déjà entendu parler de cette maladie avant ton diagnostic ?

Oui, j’ai entendu parler de l'endométriose sur les réseaux sociaux et c’est grâce à ces recherches que j’ai envisagé la possibilité de souffrir de cette maladie…

Comment s’est déroulé le diagnostic ?

J’ai été diagnostiquée début 2016. Depuis presque toujours, j’avais très mal pendant mes règles. Une fois, j’ai même fini aux urgences tant la douleur était intense. Je l’ai signalé à ma gynécologue et j’ai été mise sous pilule. J’ai arrêté au bout de 3 ou 4 ans, car ça ne me convenait pas du tout. Les douleurs sont vite revenues. Je ne me posais pas la question de savoir si c’était normal ou pas, c’est en parlant, d’abord avec ma maman, que j’ai compris que je souffrais trop. J’avais des nausées, je me levais et je devais m’accrocher au mur pour aller jusqu’à la cuisine pour prende un médicament. J’ai entendu parler d’endométriose et j’ai voulu creuser. J’ai été voir un médecin en France qui m’a fait passer un IRM et on a confirmé que j’avais une endométriose Stade I. Selon l’envergure des lésions, il y a différents stades. C’est un stade « léger » qui ne menace pas ma fécondité par exemple, ce n’est pas grave en soi, c’est « juste » douloureux.

Quels sont les symptômes au quotidien ? Comment « soignes-tu » cette maladie ?

J’avais des symptômes 2 fois par mois : des douleurs à l’ovulation et pendant les règles. Sachant que maintenant j’ai repris un traitement qui est tout simplement… La pilule ! Ça ne soigne pas, mais ça permet de contrôler le cycle et donc un peu plus les douleurs, notamment à l'ovulation, puisqu'avec la pilule, je n'ovule plus. Pendant les règles, c’est le pire : des crampes et des problèmes digestifs qui durent jusqu’à la fin des règles. Je dois prendre des médicaments comme de l'ibuprofène pendant plusieurs jours. La douleur oblige la prise de médicaments. Les symptômes de l'endométriose diffèrent d’un cas à un autre, j’ai des lésions sur l’appareil reproducteur. Il y a des femmes qui ont des lésions dans tout l’abdomen, ce qui provoque d’autres types de symptômes.

Quelles sont tes astuces naturelles pour mieux vivre avec ?

J’ai commencé à lire un livre sur le lien entre endométriose et alimentation. Dans les périodes de douleur, la meilleure chose à faire est d’éviter les aliments inflammatoires : gluten, produits laitiers, alcool, café entre autres. Et j’évite tous les aliments que je digère mal de manière générale. Parce que, paradoxalement, pendant mes règles, j’ai envie de gras et de sucré, et si je craque, c’est pire ! Il faut faire attention. Il y a aussi la bouillotte qui marche bien et la tisane de sauge ! On me l’a recommandé sur Twitter et ça aide vraiment. Quand j’en bois toute la journée pendant mes règles, ça minimise l’inflammation et la douleur. Ça n’enlève pas les médicaments, mais ça me permet d’en prendre moins.

Quel est l’impact sur tes règles et ton rapport aux règles ?

Mes règles n’ont jamais été une partie de plaisir. Cette maladie n’aide pas à être en paix avec mes règles. Mais depuis le diagnostic, ça m’aide à être plus bienveillante avec moi-même. Je prends plus soin de moi, j’ai appris à mieux me connaître. Pendant ces jours-là, je m’écoute plus qu’avant.

Pour finir, quel conseil donnerais-tu à une femme qui souffre de cette maladie ?

Le plus important, c’est de s’écouter ! Ne pas rester dans son coin et souffrir sans rien dire. Généralement, quand on souffre beaucoup pendant ses règles ce n’est pas normal. Il faut aussi en parler autour de soi pour comparer les symptômes. Je recommande l’association Endo France qui conseille des médecins sensibles à la cause, car l'endométiose est une maladie qui n'est pas toujours prise au sérieux. Et si on souffre et que ce n’est pas l’endométriose, on mérite aussi de trouver des solutions pour se soulager, car c’est très handicapant au quotidien !

Nous espérons que cet article vous aura permis d’y voir plus clair sur cette maladie encore peu connue. Merci à Victoria d’avoir répondu à nos questions sans tabou et d’avoir fait part de son expérience. N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.

Cette interview a été réalisée par Manon Lecor, rédactrice web et auteure du roman Quand s'en ira la peur .

Articles en relation

Ajouter un commentaire Abonnez-vous aux commentaires

 (avec http://)

Le produit a été ajouté à votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 éléments dans votre panier. Il y a un élément dans votre panier.
Total produits (TVA incl.)
Total (TVA incl.)
Continuer le shopping Commander