les hormones féminines et le cycle menstruel

Margot Peignier
dernière mise à jour le 24/03/2020

Les hormones jouent un rôle à chaque stade du cycle menstruel et il est essentiel de comprendre l’incidence de chacune pour connaître le fonctionnement du corps féminin.

Comment fonctionne le cycle menstruel ?

Tout d’abord il est utile de rappeler comment fonctionne le cycle menstruel féminin pour comprendre comment les hormones interviennent dans ce cycle.

À partir de la puberté et jusqu'à la ménopause, des phases se répètent :

  • l'ovocyte est expulsé chaque mois par l’un des deux ovaires.

  • Il est recueilli par le pavillon de la trompe

  • et devient un ovule.

Les phases du cycle menstruel ont lieu à la fois dans l’ovaire et dans l’utérus.

L’ovaire, pour produire l’ovocyte et l’utérus, pour préparer le “nid” capable d’accueillir un embryon, de le nourrir et de le faire grandir. Si l’ovocyte n’est pas fécondé il meurt et avec lui s’en va “le nid”. Ce sont les menstruations. Cela va libérer l’espace pour la création d’un nouveau nid et un embryon potentiel. D’où l’idée de cycle permanent.

Les hormones du cycle menstruel

Les hormones permettent la communication entre les différents organes. Sécrétées par les glandes endocrines, elles circulent dans le sang vers les cellules cibles d’un organe ou d’un tissu, qui sont munies de récepteurs spécifiques. Elles commandent des modifications sur le corps.

Tout part du cerveau. L’hypothalamus assure la liaison entre le système nerveux et le système endocrinien, responsable de la production des hormones tandis que l’hypophyse joue un rôle essentiel dans le cycle menstruel en sécrétant deux hormones spécifiques qu’on appelle gonadotrophines. Il s’agit de :

  • la FSH (Follicle Stimulating Hormone) : hormone folliculostimulante

  • et la LH (luteinizing hormone) : hormone lutéinisante.

L’hormone folliculo-stimulante

De son acronyme FSH, l’hormone folliculo-stimulante stimule la croissance du follicule ovarien lors de chaque cycle menstruel.

L’hormone lutéinisante (LH)

L’hormone lutéale dont l’étymologie provient du latin lutum qui veut dire jaune est une hormone qui joue deux rôles clés. Dans un premier temps, elle va déclencher l’ovulation car l’augmentation de son taux va libérer l’ovule du follicule et dans un second temps elle va transformer le follicule restant en corps jaune.

C’est une réaction en chaîne : l’hypothalamus envoie un message à l’hypophyse qui lorsqu’elle reçoit ce message chimique relâche la FSH et la LH. Ces hormones qui vont elles-mêmes commander la fonction ovarienne du cycle menstruel et donc la sécrétion des hormones féminines que sont les œstrogènes et la progestérone.

Les oestrogènes

Les œstrogènes sont naturellement sécrétées par le corps. Elles sont majoritairement produites par les ovaires. Les œstrogènes ont pour rôle le développement et le maintien des caractères sexuels secondaires chez la femme. Ce sont ces hormones qui entraînent la croissance des seins, l'arrivée des premières règles, la pilosité pubienne et l'ovulation à la puberté.

La progestérone

La progestérone est l’hormone féminine produite par les ovaires et principalement le corps jaune. Sa concentration sanguine augmente dans la seconde moitié du cycle menstruel.

Son rôle est de préparer l’utérus à la nidation.

Les trois phases du cycle menstruel

Schéma : les phases du cycle menstruel
Le cycle menstruel et les hormones féminines

Première phase : la phase folliculaire et le rôle de la FSH

Ce qu’il y a au début dans l’ovaire ce n’est pas un ovocyte c’est un petit follicule et sous la stimulation de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) ce follicule grandit progressivement en sécrétant progressivement de plus en plus d’oestrogènes.

Cet oestrogène va stimuler la croissance de l’endomètre c’est-à-dire la couche superficielle de l’utérus. En d’autres termes, l’utérus prépare son nid. La taille des follicules augmente pendant les 14 premiers jours du cycle.

Deuxième phase : la phase d’ovulation

En atteignant sa taille maximale, le follicule entraîne un pic de sécrétions d’oestrogènes ce qui entraîne par rétro contrôle positif un pic de FSH et un pic de LH.

La LH, l’hormone lutéinisante, libère l’ovocyte du follicule : c’est l’ovulation.

Désormais, l’ovocyte est prêt. Pour se préparer à accueillir le spermatozoïde, le mucus du col de l’utérus devient plus perméable.

Mais, pour autant, le travail du follicule n’est pas terminé...

Troisième phase : la phase lutéale

L’hormone lutéinisante en plus de libérer l’ovocyte va faire jaunir le follicule en favorisant son enrichissement en cholestérol. On l’appelle alors le corps jaune.

Le cholestérol à l’intérieur est le précurseur de la progestérone et de l’oestrogène c’est ainsi que le corps jaune sécrète de la progestérone pour enrichir la vascularisation de l’endomètre et permettre les sécrétions nutritives pour l’embryon et un peu d’oestrogènes pour maintenir la taille de l’endomètre mais c’est surtout la progestérone.

En résumé, l’hormone lutéinisante prépare le nid.

Si l’ovocyte n’est pas fécondé il va mourir et le corps jaune va le suivre. Si le corps jaune producteur des deux hormones s’en va alors il n’y a plus de production d’oestrogènes ni de progestérone pour stimuler la croissance et la vascularisation de l’endomètre. Ainsi toute la structure (le nid) va s’écrouler.

Enfin comme la structure contient des vaisseaux sanguins, cela saigne. Ce sont les règles.

La synchronisation entre les ovaires et l'utérus

La synchronisation parfaite des cycles ovarien et utérin ne doit rien au hasard. Elle est orchestrée par les hormones féminines.

Les 11 premiers jours du cycle menstruel

Les propriétés du col de l’utérus sont synchronisées avec le cycle ovarien durant les 11 premiers jours du cycle. Le mucus présent au niveau du col forme un maillage resserré qui laisse peu de chance aux spermatozoïdes de pénétrer dans la cavité utérine.

C’est le moment pendant lequel les ovocytes se développent dans les follicules et que la libération du plus imposant de tous est imminente !

Du 12e au 16e jour et la fin du cycle menstruel

Du 12e au 16e jour le maillage se relâche, on dit que le mucus ou glaire cervicale devient filant. Il laisse passer les spermatozoïdes plus facilement. C’est le moment où la fécondation a le plus de chance de se produire. En fin de cycle le maillage se resserre et la cavité utérine est à nouveau moins accessible.

Les facteurs externes pouvant influer sur le cycle menstruel

Les rouages de cette machine bien huilée sont donc parfaitement orchestrés par l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien, cependant il faut nuancer car des facteurs externes peuvent l’influencer. L’environnement, le stress, la maladie, l’alimentation, la fatigue peuvent perturber le cycle. La régularité du cycle menstruel par conséquent varie d’une femme à l’autre.

puberté premières règles cycle menstruel ovulation
Margot Peignier
Rédactrice
Employée en startup et rédactrice freelance depuis maintenant 4 ans, Margot est passionnée par les ressources humaines, la recherche du sens au travail et les femmes dans la tech. Sujets de prédilection : égalité et empowerment des femmes.