libido pendant les règles : pourquoi certain·e·s ont envie et d’autres non ?

Anouk Perry
article publié le 31/08/2020

Si on a encore du mal à comprendre le lien entre règles et libido, le sexe pendant les règles reste possible… Encore faut-il en avoir envie !

règles et libido : des débats sans fin

Quand une discussion sur le sexe pendant les règles est lancée, les avis sont souvent tranchés. Laurie, 31 ans, dit par exemple ne ressentir aucun désir : 

« J’ai des règles très douloureuses, je ne vois pas comment je pourrais avoir la tête à avoir des rapports à ce moment là. »

Du côté de Lise, 22 ans, c’est le contraire : elle a une libido décuplée… Mais son ex était mal à l’aise à l’idée d’avoir des relations sexuelles avec elle à cette période. 

Compliqué au milieu de ces témoignages de trouver une tendance… 

les règles influencent-elles vraiment la libido ? 

Interrogée sur la question, la gynécologue Danielle Hassoun est plutôt mitigée :

« Tout a été dit sur la question sans qu’on n’arrive vraiment à trouver une réponse à ce sujet. »

Elle cite alors des recherches qui prouvent seulement que la libido serait plus importante au milieu du cycle, c’est-à-dire pendant l’ovulation. Impossible pour elle de pousser la réflexion plus loin.  

En cherchant un peu, on tombe effectivement sur des théories qui ne sont pour l’instant pas prouvées.

Par exemple, que les variations hormonales boosteraient la libido, que la lubrification causée par le sang motiverait l’envie de pénétration ou encore que la minimisation du risque de tomber enceinte encouragerait à se lâcher… 

Dans tous les cas, si rapport sexuel il y a, il reste important de se protéger : les risques de MST et d’IST sont augmentés, et il reste possible, même si peu probable, de tomber enceinte. 

vivre ses règles avec une forte libido 

Lise, citée plus haut, explique ne pas avoir envie de se priver de relations sexuelles une semaine par mois :  

« Et puis, je n’y vois que des avantages : le sang aide la lubrification et j’ai l’impression que mes orgasmes calment les maux de ventre ! »

Interrogé sur la question, son copain est plus réservé : 

« Ça ne me gêne pas particulièrement, mais j’avoue ne pas trouver la scène très glamour quand le lit recouvert d’une serviette finit par ressembler à une scène de crime. »  

règles et libido : pas de norme, mais un tabou à éviter ? 

Dans les faits, il n’y a simplement pas de norme. Certaines personnes ont une libido plus élevée à ce moment, d’autres non. Certaines personnes sont à l’aise avec le sexe pendant les règles, d’autres le fuient. 

La question prend cependant son importance dans le cas des couples lesbiens : si les règles arrivent en décalé, ce sont deux semaines par mois qui peuvent être balisées. Cela reste alors encore une fois du cas par cas, en fonction des envies des deux individus du couple. 

Reste la question du tabou des règles, qui peut mettre mal à l’aise l’idée d’avoir des rapports à ce moment du cycle. Une fois que les partenaires en discutent, si rien ne change, ce n’est pas grave : ne pas avoir envie de sexe n’est jamais à blâmer. 

la masturbation, alternative au sexe pendant les règles 

Enfin, si votre libido est en hausse pendant les règles, pas besoin d’être accompagné·e pour en profiter. La masturbation permet de se faire du bien en toute autonomie.

Une manière de prendre soin de soi autrement, comme le raconte une jeune femme anonyme : 

« J’ai découvert il y a quelques années que me toucher à cette période me fait beaucoup de bien. J’utilise un vibromasseur, en externe, et les vibrations me permettent de passer outre mes douleurs. C’est presque thérapeutique ! »

S’il reste malheureusement impossible de donner raison (ou tort !) à celles et ceux qui débattent d’une possible modification de libido pendant les règles, la conclusion reste toute trouvée : l’important est de se faire du bien, si on en a envie et sans jamais oublier le consentement !

Anouk Perry
Anouk Perry
Rédactrice
À la fois journaliste web et réalisatrice de podcasts, Anouk Perry cumule les casquettes toujours dans un même but : démystifier l'intime ! Sa devise ? Il n'y a pas de question stupide. Sujets de prédilection : intimité et sexualité.