la naturopathie lors du syndrome prémenstruel

Margot Peignier
article publié le 14/01/2020
article vérifié par Adeline Sirmel

Les douleurs et les causes des règles sont multifactorielles. Le SPM est le nom donné à l'ensemble de ces troubles physiques et émotionnels. La naturopathie propose des solutions naturelles pour les éviter. Juliette Portier, naturopathe certifiée depuis 2 ans, nous a donné des conseils.

Qu’est-ce que la naturopathie ?

Selon le dictionnaire du Larousse médical la naturopathie est l’ensemble de pratiques visant à aider l'organisme à guérir de lui-même par des moyens exclusivement naturels.

La naturopathie repose sur une théorie selon laquelle notre corps est si bien fait qu’il est capable de se réparer lui-même à condition de répondre à ses besoins physiques et émotionnels et de mettre en place une hygiène de vie adaptée. En renforçant les défenses de l’organisme par diverses mesures (rééquilibrage alimentaire, relaxation, massages, activité physique etc.) soutenues par des éléments naturels (plantes, huiles essentielles, eau, soleil, nature etc.) le corps peut fonctionner de manière plus optimale. Certaines pathologies ne peuvent être soignées sans médicaments mais dans tous les cas, la naturopathie est une alliée précieuse pour rééquilibrer l'organisme.

Comment fonctionne la naturopathie ?

Naturopathe depuis 2 ans, Juliette Portier a ouvert son cabinet de consultation dans lequel elle reçoit parfois des femmes qui souffrent de symptômes prémenstruels ou de règles douloureuses.

Juliette commence par un entretien approfondi avec la personne pour apprendre à la connaître. Elle se renseigne sur son environnement, ses antécédents physiques et psychiques, son alimentation, sa vie quotidienne, etc. L'idée est de mettre en place une hygiène vitale pour rétablir les déséquilibres constatés lors de l'examen global. Le but est de donner les clés pour permettre au corps de faire fonctionner sa propre intelligence.

Un syndrome responsable des douleurs des règles : le dérèglement des émonctoires

Les douleurs de règles peuvent être liées à un encrassement ou une faiblesse émonctorielle. Les émonctoires, qu’est-ce que c’est ? Ce sont les zones d’élimination du corps.

On part du principe que le corps est comme une usine dont les sorties se font par les émonctoires (peau, foie/intestins, reins/vessie, poumons) et quand ceux-ci ne fonctionnent pas bien on peut ressentir de la fatigue, du stress, des migraines, des problèmes de peau : c'est une forme d'intoxication. De même lorsqu’un émonctoire est saturé un autre va prendre le relai (par exemple si le foie est intoxiqué c’est la peau).

Quel est le rapport avec les crampes qui surviennent dans la zone utérine pendant les règles ? Tout simplement si les émonctoires sont saturés, il peut arriver que l’utérus serve de relai (d’émonctoire secondaire). Celui-ci va compenser, éliminer des toxines, les règles seront plus abondantes et épaisses et cela peut entraîner davantage de crampes.

Quelles solutions sont possible pour détoxifier le corps ?

L’alimentation

Une piste souvent explorée est de travailler sur l’alimentation hypotoxique, car l’alimentation est une source d’inflammation au même titre que le stress. La toute première étape est de rééquilibrer son organisme en privilégiant les vitamines et minéraux ainsi que les oméga 3, riche en antioxydants. On va essayer d’établir une alimentation avec des légumes et éviter tous les aliments “pro inflammatoires” comme les graisses saturées, les produits laitiers, le café ou les sucres.

Si on reprend l’exemple plus haut du foie intoxiqué et de l’utérus qui compense, il faut donc soulager le foie pour soulager les crampes.

En fonction de la vitalité de la personne, on lance une détox hépatique, le radis noir est le meilleur allié pour nettoyer le foie tandis que l’artichaut et le pissenlit vont contribuer à éliminer les toxiques. Mais attention si la personne est fatiguée la détox hépatique est à éviter. On peut aussi prendre des bains chauds, utiliser une bouillotte ou encore se rendre au sauna pour soulager les douleurs.

On privilégie une assiette équilibrée avec 50% de légumes, ¼ de protéines (poissons, volailles, oeufs) et ¼ féculents ainsi qu’une part d’huile végétale (oméga 3,6 et 9) pour travailler sur le système hormonal.

L’élimination de l’alcool et du tabac sur cette période peuvent également aider à détoxifier le corps.

La pratique du yoga et de la méditation

La gestion du stress et des émotions font partie intégrante de la santé.

Des activités comme le yoga pour rentrer à l’intérieur de soi et être à l’écoute de son corps. Le yoga permet de stimuler l’élimination des toxines, apaise le mental souvent malmené par l’intensité des douleurs menstruelles.

Des postures spécifiques comme la posture du chien tête en bas, posture de l’enfant ou la posture de l’arc permettent de masser doucement le bas-ventre et ainsi apaiser les douleurs liées au syndrome prémenstruel. Des exercices de respiration, de méditation, d’auto massage pour être vraiment en connexion avec son cerveau émotionnel qui est l’intestin permettent de se soulager.

Les huiles essentielles et les tisanes

Juliette propose également un accompagnement avec des huiles essentielles qui viennent en soutien au traitement global. En effet, il est possible de soulager les douleurs de règles avec les huiles essentiellesIl est préférable de toujours consulter un pharmacien ou éventuellement au naturopathe formé en aroma sur l’utilisation des huiles essentielles notamment sur le dosage. Certaines huiles ne doivent pas être utilisées pures ! Il faut les mélanger à des huiles végétales comme l'olive ou l'amande douce.

Les règles douloureuses peuvent se manifester par une affliction dans toute la zone pelvienne, ou par des spasmes ou des contractions. Dans le premier cas on peut mêler une huile essentielle décongestionnante et une huile essentielle antalgique et dans le second cas des huiles décontracturantes et antispasmodiques.

L’huile essentielle de basilic par exemple est un antispasmodique puissant, elle s’utilise en massage sur le bas ventre. On ajoute quelques gouttes au creux de la main dans une huile végétale au choix, on peut mettre un peu de menthe poivrée qui est anesthésiante.

L’huile essentielle d’estragon est utilisée depuis longtemps pour ses propriétés digestives et antispasmodiques.

Enfin, nous en parlions dans notre article, l’utilisation des plantes comme solution pour les douleurs menstruelles peut être une véritable alternative aux médicaments.

En conclusion, rien ne vaut un entretien personnalisé

Si certains conseils relèvent du bon sens et seront bénéfiques à toutes, chaque personne est différente et possède un cycle menstruel unique. Par conséquent, certains conseils nécessitent un entretien personnalisé pour cibler précisément les besoins de chaque patient⸱e. Un rendez-vous avec un ou une naturopathe peut aider pour un rééquilibrage global et adapté.

syndrome prémenstruel plantes
Margot Peignier
Rédactrice
Employée en startup et rédactrice freelance depuis maintenant 4 ans, Margot est passionnée par les ressources humaines, la recherche du sens au travail et les femmes dans la tech. Sujets de prédilection : égalité et empowerment des femmes.