faut-il s’inquiéter de la puberté précoce de son enfant ?

Anouk Perry
article publié le 08/09/2020

Si on est tout à fait habitué à voir des jeunes collégiennes avoir des débuts de poitrines, cela peut sembler plus étrange quand il s’agit de fillettes de 7 ou 8 ans. Ce phénomène de puberté précoce est de plus en plus commun, et ne doit pas être ignoré.

définition de la puberté précoce 

Dans son ensemble, la puberté regroupe tous les phénomènes de maturation qui amènent l’enfant à l’âge adulte.

On parle de puberté précoce quand l’apparition d’une poitrine ou le développement des testicules arrivent avant le CE2, voire même en maternelle pour certain·e·s. 

Une condition qui concerne 10 fois plus les filles que les garçons, ces derniers étant plus sujets au retard pubertaire. 

la puberté précoce chez la fille : à quel âge et avec quels symptômes ? 

Même si certaines filles de 9 ou 10 ans peuvent être déstabilisées par l’arrivée de leur puberté, comme le raconte Sauvane dans son témoignage où elle explique avoir eu ses premières règles sans même savoir de quoi il s’agissait, on parle de puberté précoce quand les premiers signes de développement ont lieu avant 8 ans. 

Le premier signe est alors l’apparition d’un développement mammaire et un élargissement de l’aréole (zone cutanée foncée qui entoure le mamelon). 

Suite à cela, on assiste dans les mois et années qui suivent aux signes habituels de la puberté : pilosité pubienne, arrivée des règles ainsi qu’une accélération de la croissance qui mène à la taille adulte en moyenne quatre ans après. 

la puberté précoce chez le garçon : à quel âge et avec quels symptômes ?

Chez les garçons, on parle de puberté précoce quand on assiste à une augmentation du volume testiculaire, premier symptôme, avant l’âge de 9 ans. 

Dans la foulée, on assiste à une mue de la voix ainsi qu’une mutation globale du corps avec notamment une poussée de croissance jusqu’à atteindre son enveloppe d’adulte. 

doit-on s’inquiéter de la puberté précoce : causes et conséquences  

Interrogée sur la question, la gynécologue Nasrine Callet explique que si la cause de la puberté précoce n’est pas forcément grave, il est important de la définir. 

« Cela peut être d’origine génétique/familial, si la mère, grand-mère a eu une puberté précoce… En soit ce n’est pas grave, mais cela peut psychologiquement perturber les enfants et puis une fois la puberté lancé, on arrête de grandir quelques années plus tard, trop jeune. Il y a donc un risque de petite taille. »

Elle ajoute ensuite que cela peut être dans d’autres cas grave, parce que dû à des tumeurs au cerveau qui sécrètent des hormones pour activer les ovaires, d’où l’importance d’examens. Heureusement, les tumeurs peuvent être bénignes. 

Par ailleurs, on note également en cause possible le surpoids, une malformation cérébrale ainsi que certaines maladies rares.

Même si dans la majorité des cas, aucune cause médicale n’est trouvée, il est donc primordial de consulter et faire des examens nécessaires pour s’assurer que tout va bien.  

comment se passe le diagnostic d’une puberté précoce ? 

Le diagnostic de la puberté précoce se fait avec un entretien, une auscultation et des examens complémentaires. 

Il est conseillé de consulter un pédiatre endocrinologue qui sera en mesure d’analyser son cas et prescrira éventuellement une échographie pelvienne, un bilan sanguin ainsi qu’une IRM cérébrale afin de déterminer la cause. 

existe-t-il un traitement contre la puberté précoce ? 

La puberté étant une étape normale de la vie, on ne peut pas la soigner. En revanche, on sait la bloquer via des piqûres à faire tous les 26 jours qui vont stopper les sécrétions hormonales. Dr Callet précise :

« On attend les années nécessaires pour que la personne atteigne une taille plus grande avant de stopper les injections. »

Effectivement, l’une des conséquences de la puberté précoce est la petite taille. La puberté finissant par stopper la croissance, il vaut mieux, quand elle arrive trop tôt, la retarder.

Ces injections n’ont heureusement pas du tout d’effet secondaire autre que de bloquer momentanément cette puberté. Elle reprend d’ailleurs dès que les injections s’arrêtent.

mon enfant souffre de puberté précoce : comment en parler ? 

Même s’il peut être perturbant d’observer la puberté précoce de son enfant, il est important d’être ouvert à ses questionnements. N’hésitez pas à aborder le sujet avec lui ou elle, et si vous êtes trop mal à l’aise, à demander à un proche de confiance de vous aider. 

Vous pouvez également donner à votre fille ou fils des livres au sujet de la puberté qui pourront répondre à certains questionnements. 

Dans tous les cas, il est important de rappeler à votre enfant que vous l’aimez quel que soit son corps et que chaque individu est unique. Il est donc inutile de se comparer aux autres. 

###FAQ

#pourquoi la puberté est-elle plus précoce chez les filles ?

En général, la puberté se déclenche plus tôt chez les filles que les garçons parce que la nature est ainsi faite. Cependant, il arrive que des garçons connaissent une puberté précoce. 

#une odeur de transpiration est-elle signe de puberté précoce ?

Oui et non. L’odeur de transpiration peut être l’un des autres symptômes d’une puberté précoce, mais son diagnostic se fait sur la modification des caractères sexuels secondaires, comme par exemple un début de poitrine ou des testicules qui grandissent. 

#les perturbateurs endocriniens ont-ils un impact sur la puberté précoce ?

Interrogée sur la question, la gynécologue Nasrine Callet explique que même si on soupçonne fortement les perturbateurs endocriniens d’encourager des pubertés précoces, c’est avant tout une question de sensibilité d’individus. Ils peuvent avancer l’âge de la puberté mais pas forcément jusqu’à mener à une puberté précoce

#la naturopathie peut-elle être efficace contre la puberté précoce ?

Non, le seul moyen de stopper une puberté précoce est de faire des injections prescrites par un médecin.

Anouk Perry
Rédactrice
À la fois journaliste web et réalisatrice de podcasts, Anouk Perry cumule les casquettes toujours dans un même but : démystifier l'intime ! Sa devise ? Il n'y a pas de question stupide. Sujets de prédilection : intimité et sexualité.