“la précarité menstruelle est un obstacle à l’égalité femmes-hommes” – Tara Heuzé, fondatrice de Règles Élémentaires

Noëlle Papay
article publié le 28/05/2021
article vérifié par Adeline Sirmel

Règles Élémentaires est une association œuvrant contre la précarité menstruelle. Association incontournable, vous en avez peut-être déjà entendu parler lors de nos actions conjointes. Dans Ma Culotte vous propose de découvrir Tara Heuzé, fondatrice de Règles Élémentaires, et son engagement. Rencontre.

dans ma culotte : salut tara, raconte-nous, c’est quoi règles élémentaires ?

Tara Heuzé : Règles Élémentaires est la première association française de lutte contre la précarité menstruelle

Pendant mes études en Angleterre, j’ai été sollicitée pour participer à une collecte de produits d’hygiène intime. Cela m’a frappée car j’ai réalisé que je n’avais jamais vu une telle initiative en France. J’ai contribué à ma modeste mesure et j’ai creusé le sujet à mon retour en France en 2015. Je me suis rendu compte du poids énorme des tabous, des besoins immenses et de la triste réalité : aucun stock de produits d’hygiène intime disponible pour les femmes dans le besoin. 

J’ai donc organisé la toute première collecte de protections d’hygiène intime en novembre 2015. Celle-ci a été un succès, d’autant plus que le timing coïncidait avec le débat sur la “taxe tampon” (à savoir l’abaissement du taux de TVA sur les protections d’hygiène intime). L’association Règles Élémentaires est née par la suite. 

Depuis, nous avons collecté et redistribué plus de 5 000 000 de produits, et apporté une aide concrète à plus de 115 000 femmes, grâce à l’organisation de milliers de collectes et des centaines de partenaires

pourquoi as-tu voulu t’engager pour lutter contre la précarité menstruelle ?

Je me suis engagée dans la lutte contre la précarité menstruelle pour lutter contre cette atteinte terrible à la dignité humaine, et pour lever un obstacle majeur à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. 

quelle est votre mission ? vos actions touchent quels publics ? 

Notre mission est double :

  • faciliter l’accès aux produits d’hygiène intime pour les plus démuni·e·s

  • et briser le tabou des règles. 

Très concrètement, nous avons créé une plateforme de mobilisation citoyenne qui permet à tout le monde d’organiser une collecte à nos côtés en quelques clics et ainsi de convertir l’activisme en ligne dans la vie réelle.

Les produits collectés sont ensuite redistribués via des partenaires “redistributeurs” à l’instar de la Croix-Rouge, des Restos du Coeur, mais aussi d’épiceries solidaires, des foyers, des associations étudiantes, etc. 

La précarité menstruelle a plusieurs visages : elle touche des personnes à la rue, des étudiantes, des familles monoparentales, des travailleuses pauvres, etc.

Nous menons également des actions de sensibilisation auprès de jeunes en milieu scolaire, et nous développons des ateliers d’information et de formation à l’utilisation de protections périodiques réutilisables vers nos bénéficiaires en situation de précarité et du personnel encadrant les accompagnant au quotidien. 

quel est ton plus grand rêve pour règles élémentaires et ton équipe ? 

J’ai bon espoir d’éradiquer la précarité menstruelle en France dans un futur proche. Si on y arrive, nous n’aurons plus besoin de mener nos actions historiques de collecte, et nous pourrons nous concentrer sur la sensibilisation

les annonces du gouvernement t’ont fait sauter de joie ? et qu’est-ce que cela signifie pour toi concrètement ?

Depuis la création de l’association il y a à peine 5 ans, nous avons obtenu de très belles victoires !

Tout d’abord, la gratuité en prison à l’automne 2020, l’annonce d’un budget national de 5 000 000€ pour lutter contre la précarité menstruelle en 2021, puis la gratuité prévue dans les universités à l’automne 2021.

Nous espérons que ces décisions auront un effet d’entraînement et que bientôt tous les lieux clefs accueillant des personnes en situation de précarité feront de même – à savoir, en plus des prisons et des universités, tous les collèges et lycées, mais aussi les foyers d’hébergement, les accueils de jour et les hôpitaux.

Toutefois, nous restons vigilant·e·s sur différents points qui nous semblent essentiels dans la lutte contre la précarité menstruelle, à savoir : 

  • la formation et la sensibilisation – en particulier des plus jeunes – aux tabous des règles, à l’hygiène et la précarité menstruelles,

  • la généralisation des distributeurs de produits d’hygiène intime dans un maximum de lieux publics (rues, gares, stations de métro) et privés (bars, restaurants),

  • et bien sûr, la responsabilisation des fabricants vis-à-vis de la composition de leurs produits

je suis un·e particulier et je veux vous aider, comment fonctionne concrètement l’organisation d’une collecte ?

Tout le monde peut s’engager dans la lutte contre la précarité menstruelle ! En faisant un don de protections dans l’un des nombreux points de collecte, en organisant une collecte, en rejoignant l’équipe ou en nous soutenant financièrement. C’est ensemble que nous pouvons changer les règles ! 

nous sommes super fièr·e·s de vous avoir donné plusieurs milliers de protections périodiques lavables depuis 2017. qu’est-ce que cela vous a apporté et surtout aux bénéficiaires ?

Les dons de protections périodiques lavables nous ont permis de concrétiser les ateliers d’information et de formation à l’hygiène menstruelle qui ont pour objectif de mettre fin à la dépendance aux dons des personnes qui participent à l’atelier.

En effet, nous nous étions rendu compte que nos bénéficiaires – et les femmes en général – connaissaient très mal toute la diversité des protections menstruelles existantes et particulièrement les protections lavables. Pourtant, nous sommes convaincu·e·s qu’avec le niveau d’information et de formation nécessaire, nombre d’entre elles pourraient transitionner vers ce type de protections, qui, en plus d’être souvent meilleures pour leur santé et l’environnement, leur éviteraient une situation de précarité menstruelle pour de nombreuses années et faciliteraient leurs parcours de réinsertion. 

Toutefois, vu que ces produits sont plus chers à l’achat et requièrent un soin particulier, les dons de nos partenaires sont essentiels dans notre démarche afin que chaque femme (in)formée puisse repartir avec le kit de son choix à l’issue de l’atelier.  

tu es entrepreneure à impact social, quelles sont les 3 personnes qui t’ont le plus inspiré dans ta vie ?

Plus que des personnes, ce sont des préceptes de vie qui m’inspirent.

La conviction que chaque personne peut avoir un impact à son échelle, le fait de penser globalement et d’agir localement, et enfin et surtout, la notion de responsabilité individuelle : nous sommes chacun·e responsable de ce que nous faisons (et de ce que nous ne faisons pas !). 

quel est le meilleur conseil qu’on t’ait jamais donné ? qu’est-ce qui te rend le plus fière dans ton travail ?

L’un des conseils les plus utiles que l’on m’ait donné : “done is better than perfect”, à savoir qu’il vaut mieux faire quelque chose que de ne rien faire en attendant d’atteindre la perfection – qui n’existe pas. Et ce qui me rend le plus fière au quotidien, c’est de voir que l’on change concrètement les règles… et maintenant même les lois !

#CHANGERLESRÈGLES

Un grand merci à Tara Heuzé d’avoir pris le temps de répondre à nos questions pour vous partager son engagement contre la précarité menstruelle au quotidien 🙏 

Vous aussi, vous pouvez #changerlesrègles ! Toutes les informations pour trouver une boîte à dons, organiser une collecte ou soutenir financièrement l’association sont disponibles sur le site de Règles Élémentaires.

Aussi, Dans Ma Culotte s’engage contre la précarité menstruelle et s’associe à La F.A.G.E. pour atteindre l’objectif du gouvernement : permettre aux étudiant·e·s l’accès à des protections menstruelles gratuites dès septembre 2021.

Et, n’oubliez pas, “c’est ensemble que nous pouvons changer les règles !” (Tara Heuzé, fondatrice de Règles Élémentaires).

Noëlle Papay
Noëlle Papay
Co-fondatrice de Dans Ma Culotte
Co-fondatrice de Dans Ma Culotte, Noëlle écrit les histoires de vie de l’entreprise qui se construit, s'agrandit, avance et fait parfois des pas de côté. Des personnalités, aux employés et stagiaires, et partenaires externes, ce sont toutes ces rencontres humaines exceptionnelles qui font de Dans Ma Culotte une marque atypique et chargée de sens. Son but : donner envie aux jeunes d'entreprendre et de créer une entreprise qui leur ressemble, en parfait accord avec leurs valeurs.